Le blog de l'imam Abdallah (France)

Le blog de l'imam Abdallah (France)

Simplifier l'islam pour les francophones

Les bases de la relation entre musulman et les non musulmans

RelationsEntreMusulmansEtNonMusulmans.JPG

Télécharger le fichier complet sous format PDF

 

Le musulman est un citoyen responsable, il s’intéresse à ce qui se passe autour de lui et œuvre pour défendre la justice et les causes des opprimés et des plus faibles.

Il se trouve que dans le monde d’aujourd’hui ceux qui subissent les injustices les plus évidentes à cause de leur faiblesse et leur division sont bien les musulmans.

Le musulman fait partie de la Oumma de l’islam, cela nécessite de lui, là où il se trouve, de s’intéresser aux problèmes de ses frères musulmans dans le monde et de les défendre si leur cause est juste.

Le Prophète (r) ordonne à ses compagnons « Soutiens ton frère qu’il soit juste oui injuste » Les compagnons étonnés répliquent « Nous le soutenons quand il est juste mais comment le soutenir quand il est injuste ? ! » « Le soutenir, dans ce cas, c’est de l’empêcher d’être injuste » explique le Prophète (r) dans ce Hadith authentique.

Cependant, même si la situation des musulmans dans le monde reste un souci pour chaque musulman, nous devons nous intéresser prioritairement à l’islam et aux musulmans de ce pays, car c’est le devoir que personne ne fera à notre place.

Nous constatons une énorme perte de temps et d’effort par certains de nos frères et sœurs qui passent une bonne partie de leur temps et de leur énergie de parler et de se lamenter sur ce qui se passent dans nos pays d’origines ou dans le monde musulman sans pour autant faire grand chose. Si ce temps et ces efforts étaient dépensés pour l’action et pour l’amélioration de la situation dans ce pays ils auraient eu un effet très bénéfique.

Le musulman doit être un élément positif dans son environnement, il doit agir pour atteindre les objectifs suivants :

1.       Pratiquer sa religion et la préserver pour pouvoir la transmettre aux futures générations ;

2.       Donner le vrai et le bon visage de l’islam ;

3.       Répandre et partager les valeurs de l’islam.

Le verset suivant résume ces trois objectifs : « 33. Et qui profère plus belles paroles que celui qui appelle à Allah, fait bonne œuvre et dit : “Je suis du nombre des Musulmans ? ” » Sourate 41 : FUSSILAT (LES VERSETS DETAILLÉS).

Pour pouvoir vivre et bien agir, la position du musulman vis à vis de cette société et de ceux qui la composent doit être claire et compatible avec sa religion.

Est il envisageable de rentrer en dialogue avec une personne pour lui expliquer les principes de l’islam alors que pour certains saluer cette personne ou répondre à son salut est considéré comme péché ?

Comment peut on vivre avec cette double personnalité, l’une théorique qui croit que détester les non musulmans et les avoir comme ennemis fait partie de la foi et l’autre qui au quotidien entretien une relation normal voir, par fois, amicale avec ces mêmes personnes.

Ce cours donne des éléments de réponse à la question : « quel rapport dois-je avoir avec toutes les composantes de la société dans laquelle je vie, une société qui n’a pas forcément la même religion ni les mêmes valeurs que moi ? ».

La divergence est une volonté divine

Le musulman croit que l’islam est la religion de vérité que Dieu a choisie pour l’humanité. Elle est la religion que doit suivre chaque être humain pour avoir le salut dans cette vie et dans l’au-delà. Dieu n’accepte pas une autre religion.

Il croit aussi que ceux qui ont cru en Dieu et en son prophète Mohamed (r) et ont fait le bien méritent le paradis par la miséricorde de Dieu. D’après Abou Houraira le Messager (r) dit : « Par celui qui détient mon âme dans sa main, aucun juif ou chrétien entend parlé de moi et meure non croyant en mon message sans qu’il ne soit parmi les gens de l’enfer » Rapporté par Mouslim

Il croit que ceux à qui le message de l’islam est parvenu d’une manière claire et s’e détourent méritent l’enfer par la justice de Dieu.

Il croit que personne ne subira d’injustice car Dieu et le Juste par excellence, le clément et le miséricordieux.

Cette croyance n’empêche pas le musulman de respecter les autres croyances et de voir à travers ces divergences entre les humains la sagesse et la volonté de Dieu. Contrairement aux anges, Dieu a créé les êtres humains pour les éprouver en leur donnant le libre arbitre.

·         « [117] Ton Seigneur, en effet, ne saurait anéantir injustement les cités dont les habitants sont vertueux. [118] Et si ton Seigneur l’avait voulu, Il n’aurait fait des hommes qu’une seule communauté. Or, ils ne cessent de se dresser les uns contre les autres, [119] à l’exception de ceux auxquels ton Seigneur a accordé Sa miséricorde. Et c’est bien pour être si différents qu’Il les a créés. Ainsi se trouve accomplie cette parole de ton Seigneur quand Il a dit : « En vérité, Je remplirai la Géhenne à la fois de djinns et d’hommes, tous réunis ! » 11. Sourate de Hûd (Hûd)

·         « [17] Certes, ceux qui croient, ceux qui pratiquent le judaïsme ainsi que les sabéens, les chrétiens, les zoroastriens et les polythéistes, Dieu les départagera le Jour de la Résurrection, car Il est Témoin de toute chose. » 22. Sourate du Pèlerinage (Al- Hajj)

Règle importante "Ils ne sont pas pareils "

·         Il y a une règle très importante dans notre relation avec les non musulmans. Cette règle est donnée dans le verset suivant : « 113. Mais ils ne sont pas tous pareils. Il est, parmi les gens du Livre, une communauté droite qui, aux heures de la nuit, récite les versets d'Allah en se prosternant. 114. Ils croient en Allah et au Jour dernier, ordonnent le convenable, interdisent le blâmable et concourent aux bonnes œuvres. Ceux-là sont parmi les gens de bien. » Sourate 3 : AL-IMRAN (LA FAMILLE D'IMRAN).

·         Certains comprennent mal une parole qui dit « La mécréance « le Koufr » est une seule religion »

·         « 82. … tu trouveras certes que les plus disposés à aimer les croyants sont ceux qui disent : “Nous sommes chrétiens.” C'est qu'il y a parmi eux des prêtres et des moines, et qu'ils ne s'enflent pas d'orgueil. » Sourate 5 : AL-MA-IDAH (LA TABLE SERVIE).

·         « [75] Parmi les gens des Écritures, il en est à qui tu peux confier un quintal d’or et qui se ferait un devoir de te le restituer ; il en est d’autres, en revanche, à qui tu ne confierais même pas un denier, car, pour le récupérer, il te faudrait les harceler sans répit. Ces gens-là agissent ainsi parce qu’ils disent : « Nous n’avons aucun scrupule à avoir à l’égard de ces gentils », prêtant ainsi sciemment à Dieu leurs propres mensonges. » 03. Sourate de la Famille d’Imran (Âl-‘Imrân)

·         La défaite de l'empire byzantin par les Perses a été très approuvée par les païens de la Mecque qui se sont moqués des musulmans : « [1] Alif - Lâm - Mîm. [2] Les Byzantins ont été vaincus, [3] dans la contrée voisine, et après leur défaite, ils seront les vainqueurs, [4] dans quelques années. La décision finale, aussi bien avant qu’après, appartient à Dieu, et ce jour-là les croyants se réjouiront [5] du secours de Dieu, qui accorde la victoire à qui Il veut, car Il est le Tout-Puissant, le Tout-Compatissant. [6] C’est là une promesse de Dieu, et Dieu ne faillit jamais à Sa promesse, bien que la plupart des hommes ne le sachent point, [7] car ils ne s’intéressent qu’aux apparences futiles de la vie » 30. Sourate des Byzantins (Ar-Rûm)

Les liens sociaux entre les humains

Certains musulmans croient que la fraternité entre musulmans efface toute autre forme de fraternité et tout lien avec les autres humains.

D’autre liens entre les humains

Allah s’adresse à nous dans le Coran par la formule : « Ô gens » « Ô humains » le mot hommes est dit 200 fois dans le Coran.

Lors de son sermon d’adieu, que le Prophète fit quelques mois avant sa mort, il déclara solennellement devant plus de 100 000 pèlerins : « Ô peuple ! En vérité, votre Seigneur est Un, et votre ancêtre est un : vous descendez tous d’Adam et Adam a été crée de terre. Le plus digne d’entre vous auprès de Dieu est celui qui Le craint le plus. Aucun Arabe n’a de supériorité sur un non-Arabe ni un blanc n’a de supériorité sur un noir : vous ne vous surpassez que par la piété. » Hadith

Allah (Y) dit : « Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d'une femelle » (Al-Hujurat 13).

D’autres types de liens peuvent exister entre les humains :

  • Les liens nationaux
  • Les liens familiaux
  • Les liens d’utilité mutuelle
  • Les liens de l’islam

Peut-on considérer les non musulmans comme des frères ?

Le verset dans lequel Allah nous dit que « [10] Les croyants ne sont-ils pas des frères ? Réconciliez donc vos frères et craignez Dieu, afin de mériter Sa miséricorde. » 49. Sourate des Appartements (Al-Hujurât) n’exprime pas une fraternité exclusive mais une fraternité religieuse et une fraternité en Dieu.

Exprimer la fraternité par les relations humaines : On doit mettre en avant la vocation universelle de l’islam. Il faut prôner la fraternité dans sa dimension humaine, mettant l’accent sur les liens profonds d’égalité et de fraternité unissant tous les êtres humains.

Un poète musulman dit : « Dès lors que mon origine est de terre, alors toute la terre est mon pays et tous les hommes mes proches ! ».

Il est donc louable de qualifier de fraternelles les relations entre les Musulmans et leurs concitoyens non-musulmans. Il s’agit là d’une fraternité fondée sur l’appartenance à la même nation, la fraternité religieuse n’étant pas la seule source de fraternité, même si elle est sans doute la plus solide.

Regardez comment le Coran affirme ce lien de fraternité entre les prophètes et leurs peuples non croyants : « Lorsque Noé, leur frère, leur dit : "Ne craindrez-vous pas [Allah]? Je suis pour vous un messager digne de confiance. » (Ashuarâa : 105-107). Hud, Salih et de Lot, Chuaïb.

Je ne vous demande pas d’être des hypocrites ou d’avoir un double discours, je vous demande d’adapter votre discours pour toujours au contexte dans lequel nous vivons.

Le discours courtois et les propos bienséants ne sont pas des concessions. Nous savons tous qu’Allah a choisi l’islam pour l’humanité et qu’Allah n’agrée pas une autre religion.

Cheikh Qaradawi dit « Il est donc louable de qualifier de fraternelles les relations entre les Musulmans et leurs concitoyens non-musulmans. Il s’agit là d’une fraternité fondée sur l’appartenance à la même nation, la fraternité religieuse n’étant pas la seule source de fraternité, même si elle est sans doute la plus solide. »

Non musulman au lieu d’infidèle ou de mécréant

Pour s’adresser aux gens qui n’ont pas la foi, le Coran opte pour les formules suivantes : "Ô gens», "Enfants d’Adam", "Ô mes adorateurs", "Ô gens du Livre".

Ainsi, dans le Coran il n’existe que deux occurrences où le terme "mécréant" est cité. Dans l’une, Dieu s’adresse aux non-croyants le Jour du Grand Jugement en disant : « 7. ô vous qui avez mécru ! Ne vous excusez pas aujourd'hui Vous ne serez rétribués que selon ce que vous œuvriez." (Al Tahrim : 7). Dans l’autre, Dieu dit : « Dis: Ô dénégateurs, je n’adorerai pas ce que vous adorez, non plus que vous n’êtes adorateurs de ce que j’adore, ni moi adorateur de ce que vous aurez adoré, ni vous adorateurs de ce que j’adore. A vous votre religion, la mienne à moi ». (Al Kafirun : 1-6). Ce fut un discours adressé aux associateurs païens qui ont invité le prophète à adorer leurs divinités pendant un an et qu’en retour, ils adorent son Dieu pendant un an.

Le musulman ne fait aucune concession sur sa religion s’il utilisait le terme "Non-musulmans" au lieu d’utiliser les termes "mécréants" ou « infidèles ».

Cela ne revient en aucun cas de dire que les non musulmans ou les non croyants sont sur une bonne voie.

Même en langue arabe le terme arabe KAFIR vient de la racine KAFARA qui signifie « occulter » et « cacher ». Ceci exprime une réalité qui consiste à dire que la croyance est à l’intérieur de nous mais certains ne font que l’occulter en niant Dieu ou on niant le message de l’islam.

Eviter les invocations provocatrices

Ni le Coran, ni la tradition du prophète, prière et salut soient sur lui, ni les paroles de ses compagnons ne donnent raison aux invocations incendiaires et provocatrices. Ainsi, parmi les invocations citées dans le Coran, on trouve : « Seigneur ! Déverse sur nous l’endurance, affermis nos pas et donne-nous la victoire sur ce peuple infidèle ». Et aussi, « Ô notre Seigneur, ne fais pas de nous une cible pour les persécutions des injustes. Et délivre-nous, par Ta miséricorde, des gens mécréants. » (Yûnus : 85-86)

L’une des invocations du prophète est de dire : « Ô Dieu qui fît descendre le Livre, Créateur des nuages et vainqueur des coalisés, aide-nous à triompher sur eux »(10) ou encore « Préserve-nous Ô Dieu de leur mal »(11). Dieu dit : « Invoquez votre Seigneur en toute humilité et recueillement et avec discrétion. Certes, Il n'aime pas les transgresseurs » (Al-Aaraf : 55)

Il est à relever, dans ce même sens, que parmi les prédicateurs, d’aucuns font des invocations pour « l’anéantissement total des mécréants ». Ils disent : « Puisse Dieu en réduire le nombre jusqu’à leur disparition totale ». Or, cette dernière invocation a été proférée par un compagnon du prophète contre des païens qui l’ont torturé à mort, tué et crucifié des membres de sa famille. Il s’agit donc d’une invocation survenue dans des conditions spécifiques, à laquelle ces prédicateurs ont conféré malheureusement un caractère général. Or, généraliser le particulier est une erreur et une déviation.

Ce qui est autorisé dans la relation avec les non musulmans

Notre relation avec les non musulmans peut se répartir sur plusieurs niveaux : la miséricorde, la justice, l’entre connaissance, le vivre ensemble, l’entraide et l’affection.

Dans ce qui suit nous détaillerons chaque niveau et donnerons les positions des savants anciens et contemporains et les textes argumentant leurs avis.

La miséricorde

Le musulman est par nature miséricordieux, il veut le bien pour tout le monde.

Le Prophète (r) s’adressant à ses compagnons dit un jour : « Vous ne serez pas croyants si vous n’êtes pas miséricordieux ! » « Nous sommes tous miséricordieux ô messager de Dieu » répliquent les compagnons présents. « Il ne s’agit pas de la miséricorde que l’un de vous à envers son prochain mais il s’agit d’une miséricorde générale » Hadith.

Le Prophète (r) dit encore « soyez miséricordieux envers ceux qui sont sur terre, Celui qui est dans le ciel sera miséricordieux envers vous » Hadith

La miséricorde du musulman est donc globale et englobe tous les humains et même les animaux et toute la création de Dieu.

L’islam respecte l’Homme entant qu’Homme et sans faire attention à sa race, sa religion ou à sa noblesse. L’Homme a été honoré par Dieu, il a créé avec ses Mains et Lui a insufflé de son Esprit : « [71] Lorsque ton Seigneur dit aux anges : « Je vais créer un être humain à partir de l’argile. [72] Une fois que Je lui aurai donné sa forme définitive et l’aurai animé de Mon souffle, vous vous prosternerez devant lui. » [73] Tous les anges, sans exception, se prosternèrent, [74] seul Satan refusa par orgueil d’obéir, se rangeant ainsi du côté des rebelles. [75] « Ô Satan, dit le Seigneur, qui t’a empêché de te prosterner devant l’être que J’ai créé de Mes mains ? Est-ce par orgueil ou te considères-tu supérieur à lui ? » [76] – « Je suis, répondit Satan, meilleur que lui, car Tu m’as créé de feu et Tu l’as créé d’argile. » 38. Sourate Sâd (Sâd)

 

La justice

Même envers les non croyants de la Mecque Allah demande aux musulmans de s’armer de la justice : « Que l’aversion que vous ressentez pour ceux qui vous ont empêchés naguère de vous approcher de la Mosquée sacrée ne vous pousse pas à commettre des agressions ! Soyez plutôt solidaires dans la charité et la piété et non dans le péché et l’agression ! Craignez Dieu, car Dieu est Redoutable quand Il sévit. [3] » 05. Sourate de la Table (Al-Mâ’ida)

Respecter ses engagements envers un non musulman est une obligation religieuse le compagnon Houthifah bin al-Yaman (t) a dit : « Ce qui m’a empêché de participer à la bataille de Badr est que les mécréants de Qouraish nous attrapèrent, mon père Abi Housail et moi, alors que nous nous dirigions vers Médine.  Ils nous demandèrent : « Vous alliez rejoindre Mohammed ? » et nous répondîmes : « Non, il ne nous intéresse pas.  Tout ce que nous voulons, c’est aller à Médine. ».  Ils nous demandèrent alors de jurer par Allah que nous n’avions aucune intention de joindre les rangs de l’armée de Mohammed et de combattre à ses côtés.  Lorsque nous arrivâmes là où se trouvait Mohammed, nous lui racontâmes ce qui nous était arrivé.  Il nous dit : « Restez à l’écart de nous.  Nous respecterons la promesse que vous avez faite et demanderons à Allah de nous aider contre eux. » (Rapporté par Muslim)

 

L’inter-connaissance

  • « [13] Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous vous avons répartis en peuples et en tribus, pour que vous vous entre-connaissiez. En vérité, le plus méritant d’entre vous auprès de Dieu est le plus pieux. Dieu est Omniscient et bien Informé. » 49. Sourate des Appartements (Al-Hujurât)
  • « 46. Et ne discutez que de la meilleure façon avec les gens du Livre, sauf ceux d'entre eux qui sont injustes. Et dites : “Nous croyons en ce qu'on a fait descendre vers nous et descendre vers vous, tandis que notre Dieu et votre Dieu est le même, et c'est à Lui que nous nous soumettons”. » Sourate 29 : AL-ANKABUT (L'ARAIGNÉE)

Le vivre ensemble

  • Le verset de référence en matière de relation entre le musulman et les non musulmans vivants avec lui est le suivant : « [8] Dieu ne vous défend pas d’être bons et équitables envers ceux qui ne vous attaquent pas à cause de votre religion et qui ne vous expulsent pas de vos foyers. Dieu aime ceux qui sont équitables. [9] Mais Il vous interdit toute alliance avec ceux qui vous combattent à cause de votre religion, qui vous chassent de vos foyers, ou qui contribuent à le faire. Une telle alliance constituerait une véritable injustice. » 60. Sourate de l’Éprouvée (Al-Mumtahana)
  • Les musulmans se posent beaucoup de questions concernant leurs relations au quotidien avec les non musulmans. Certains textes très répondus sont ambigus et très mal interprétés par certains musulmans pratiquants voir même par certains imams.
  • Dans le chapitre 138 de Ryad Assalihin le grand savant An-Nawawi regroupe un certain nombre de Hadith concernant l’'interdiction de saluer (Salam) le premier un Mécréant et la manière de lui rendre son salut. Selon Abou Hourayra (t), le Messager de Dieu a dit : « Ne soyez pas les premiers à saluer les Juifs ou les Chrétiens. Si vous rencontrez l'un d'eux sur votre chemin, acculez-le à sa partie la plus étroite ». (Rapporté par Muslim).
  • Selon Anas (t), le Messager de Dieu a dit : « Quand les gens du Livre (Juifs et Chrétiens) vous adressent un salut, dites-leur : «Et sur vous» ». (Unanimement reconnu authentique)
  • Selon Ousama (t), le Prophète (r) passa devant des gens assis où se mêlaient des idolâtres aux Musulmans. Le Prophète leur adressa le salut. (Unanimement reconnu authentique)
  • En arrivant à Médine, le Prophète fit rédiger une charte de bon voisinage où il assurait en particulier aux Juifs leurs libertés essentielles et leur dignité. Mais les Juifs le trahirent malgré cette mansuétude plus d'une fois et ne cessèrent de fomenter contre lui des complots et des coalitions. Aussi a-t-il finalement décidé de les traiter en ennemis vaincus, d'où cette façon de se comporter avec eux dans la rue. Pour ce qui est de cette manière de leur rendre leur salut, cela s'explique par le fait qu'ils disaient au lieu de «Assalamou Alaykoum» (paix et salut à vous) «Assammou Alaykoum» c'est-à-dire : «Le poison sur vous» ou « La mort sur vous », d'où cette réponse légitime : «Et sur vous également » (rapporté par Al-Bukhârî).
  • Le Prophète (r) nous interdit cela pour éviter qu’en retour de la paix que nous souhaitons nous recevions une invocation de mort. En islam l’applicabilité et la suspension des règlements sont étroitement liées à leurs motifs, si ce motif cesse l’interdit cesse. Si les Gens du Livre changent de style dans leurs réponses et abandonnent leurs propos pervers, rien n’interdit de les saluer par la formule prophétique.
  • C’est ce que le Coran confirme dans le verset suivant : « [8] N’as-tu pas remarqué que ceux à qui on avait interdit les entretiens secrets ont repris leurs conciliabules pour discuter de projets malhonnêtes, d’agressions et de révoltes contre le Prophète ? Puis, quand ils viennent te voir, ils t’adressent des salutations que Dieu ne t’a jamais adressées, en se disant en eux-mêmes : « Pourquoi Dieu ne nous châtie pas pour ce que nous disons ? » Mais la Géhenne comme châtiment leur suffira, quand ils y seront précipités. Quelle affreuse destinée ! » 58. Sourate de la Discussion (Al-Mujâdala).
  • `Abd Allâh Ibn Mas`ûd dit en parlant de saluer ses voisins non musulmans : « Tel est le droit de la camaraderie. » De même, Abû Umâmah qui ne passait guère devant quiconque, musulman ou non sans le saluer. Lorsqu’on le lui reprocha, il répondit : « Nous avons été ordonnés de répandre les salutations. »
  • `Umar Ibn `Abd Al-`Azîz, pour sa part, disait : « Il n’y a point de mal à ce que nous les saluions en premier. »
  • Ibn Al-Qayyim dit : « Si celui qui est salué est certain que le mécréant lui a dit : « as-salâmu `alaykom », alors les preuves juridiques et les arguments de la sharî`ah stipulent que la réponse soit « wa `alaykom us-salâm » et ceci en vertu du principe d’équité et de bienfaisance (al-`adl wal-ihsân). Car le Très-Haut dit : « [86] Lorsqu’on vous adresse un salut, rendez-le de façon plus courtoise ou tout au moins rendez-le ! Dieu vous demandera compte de tout. » 04. Sourate des Femmes (An-Nisâ’)
  • La divergence rapportée ci-dessus ne concerne que l’usage de la formule « as-salâmu `alaykom ». Mais ne concerne pas les autres formules comme bonjour, bonsoir.

L’entraide

  • Pour les causes communes l’islam n’interdit pas aux musulmans d’être partie prenante. La règle générale donnée par le Coran est « Soyez plutôt solidaires dans la charité et la piété et non dans le péché et l’agression ! Craignez Dieu, car Dieu est Redoutable quand Il sévit. [3] » 05. Sourate de la Table (Al-Mâ’ida)
  • Suite à une injustice flagrante sur un commerçant venu du Yémen, certains chefs de la Mecque se réunirent et organisèrent un ordre de chevalerie (hilf el foudoul) destiné à défendre l'opprimé. Mohammed prêta serment avec eux, acte dont il garda fierté même après la Révélation  .

L’amitié et l’affection

  • Il n’est pas envisageable de vivre dans une société tout en considérant que la majorité de ses citoyens sont nos ennemis.
  • Il y a une différence entre l’amour en Dieu et l’amour qui peut naitre entre les être humains pour une raison ou une autre. Le Coran fixe clairement les priorités en terme d’amour mais n’exclue pas en plus de l’amour de Dieu et en Dieu l’existence d’autre type d’amour : « [24] Dis : « Si vos pères, vos enfants, vos frères, vos conjoints, vos proches, les biens que vous avez acquis, le commerce dont vous redoutez le déclin, les demeures où vous vous prélassez, vous sont plus chers que Dieu, Son Prophète et la lutte pour Sa Cause, alors attendez que vienne s’instaurer l’Ordre du Seigneur ! Car Dieu ne guide pas les gens pervers. » 09. Sourate du Repentir (At-Tawba)
  • Le verset établi un ordre de priorité dans l’amour et reproche aux musulmans de préférer l’amour des enfants, des femmes, des biens, des clans plus que l’amour d’Allah et de Son prophète. Mais le verset en citant ces autres types d’amour confirme leur existence.
  • Le Coran confirme cette relation d’amitié et d’amour dans un autre verset : « [119] Vous musulmans, vous les traitez en amis, alors qu’ils vous traitent en ennemis (vous les aimez alors qu’ils vous détestent) ; et vous croyez au Livre dans sa totalité, pendant qu’eux, quand ils vous rencontrent, vous disent qu’ils sont eux aussi des croyants. Mais dès qu’ils se trouvent seuls, ils se mordent les doigts de colère contre vous. Dis-leur : « Puissiez-vous mourir de rage ! » 03. Sourate de la Famille d’Imran (Âl-‘Imrân)
  • Même si le mariage d’un musulman avec une femme croyante des gens de livre n’est pas recommandé par la majorité des savants, le fait que l’islam autorise ce type de mariage est une preuve qu’une relation d'amour et d’affection est possible entre le musulman et le non musulman. La relation normale dans une couple est une relation de quiétude, d’amour et d’affection « [21] Et c’en est un autre que d’avoir créé de vous et pour vous des épouses afin que vous trouviez auprès d’elles votre quiétude, et d’avoir suscité entre elles et vous affection et tendresse. En vérité, il y a en cela des signes certains pour ceux qui raisonnent. » 30. Sourate des Byzantins (Ar-Rûm)
  • Il n’est pas imaginable que l’islam autorise à un musulman d’avoir une femme des gens du livre et au même temps n’autorise aucune affection ni amour envers cette même femme qui devient la mère de ses enfants et la personne la plus proche de lui.
  • Il est évident et logique qu’aucun amour ni aucune affection ne peut exister ente un musulman et une personne qui déclare la guerre contre Dieu, contre son prophète et contre les musulmans. Cette liaison est considérée par Dieu comme une trahison à sa foi. « 22. Tu n'en trouveras pas, parmi les gens qui croient en Allah et au Jour dernier, qui prennent pour amis ceux qui s'opposent à Allah et à Son Messager, fussent-ils leur pères, leur fils, leurs frères ou les gens de leur tribu. Il a prescrit la foi dans leurs cœurs et Il les a aidés de Son secours. Il les fera entrer dans des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, où ils demeureront éternellement. Allah les agrée et ils L'agréent. Ceux-là sont le parti d'Allah. Le parti d'Allah est celui de ceux qui réussissent. » Sourate 58 : AL-MUJADALAH (LA DISCUSSION).

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sunnite 06/01/2019 12:12

Assalamu aleykum.
J'ai parcourue votre article, là où vous déviez de la voie de Ahlous-sounna, c'est lorsque vous parlez de fraternité universelle." Je vous cite: (Exprimer la fraternité par les relations humaines : On doit mettre en avant la vocation universelle de l’islam. Il faut prôner la fraternité dans sa dimension humaine, mettant l’accent sur les liens profonds d’égalité et de fraternité unissant tous les êtres humains.)
Ceci est contraire à la fois à ce noble verset 10 de la sourate Hujurat: "Les croyants (musulmans, mu'min) ne sont que des frères" et au noble hadith.

Deuxième remarque, sur l'appellation des non musulmans, pourquoi ne pas appeler un chat un chat? Kafir ou kouffar, signifient mécréant, athée, infidèle.. Il n'y a aucun mal à appeler un kafir, kafir, un apostat, zindiq, mounafiq, hypocrite.. etc...

abdoul aziz 08/04/2015 18:44

Assalam je souhaite recevoir des nouvels articles venant de vous. ma' assalam!

imam Abdallah 08/04/2015 23:15

Wa alaikoum assalam mon frère,
inchaAllah, inscrivez-vous pour recevoir les notifications et regardez ma page facebook.
Qu'Allah vous protège.

Fraternellement