Le blog de l'imam Abdallah (France)

Le blog de l'imam Abdallah (France)

Simplifier l'islam pour les francophones

Taha Othman le calligraphe du Coran

Vous ne le connaissez peut être pas, mais cet homme fait partie de ceux qui ont servis le Coran et consacrés leur vies entières à l’écriture de la parole divine.

Cet homme vous rend, peut être, service chaque jour si vous lisez le Coran quotidiennement. C'est lui qui a écrit le Coran le plus répondu dans le monde avec ses propres mains.

Taha Othman est né en 1934 à Alep en Syrie

Il est diplômé en science islamique de l'université de Damas. Il est aussi diplômé des sciences de l'art.

Il a étudié l'art de la calligraphie arabe chez les plus grands calligraphes du monde musulman.

Il suffi de dire qu'il a obtenu en 1973 une licence de la part du plus grand calligraphe du monde musulman le turc Hamid Al-Amidi.

Le maître des calligraphes arabes, le turc Hamid Al-Amidi
Le maître des calligraphes arabes, le turc Hamid Al-Amidi

Il est, depuis 1988, membre du jury du concours international de la calligraphie arabe

Taha Othman a été choisi pour écrire le Coran par les responsables syriens du comité du saint Coran appartenant au ministère des affaires religieuses.

Suite à son travail exceptionnel, le comité du complexe du roi Fahd pour l'édition et l'impression du saint Coran a fait appel à lui pour être son calligraphe officiel.

Il s'est installé depuis 1988 à Medine et a écrit le Coran avec sa main 15 fois pendant ces 30 dernières années et il continue à le faire malgré son âge avancé (plus de 85 ans).

Son papa était un grand savant de Alep, un enseignant du saint Coran, il choisi le nom de Othman pour son fils pour qu'il soit comme le calife Othman au service du livre de Dieu.

Ecrire le Moushaf (coran manuscrit) est un travail minutieux qui nécessite des connaissance en calligraphie, en langue arabe et les science du Coran.

Taha Othman dit que l'écriture d'un Moushaf dure 3 ans et il faut 1 an pour les vérifications des comités et les éventuelles corrections.

Quand j'ai commencé à écrire le Coran, j'avais un sentiment de crainte mélangé à un sentiment d'espoir, je demande à Dieu de purifier mes oeuvres pour qu'elles soient uniquement pour Lui. Quand j'écrivais, j'étais complètement absorbé par l'écriture, je ne faisait plus attention au monde qui m'entourait. Chaque perturbation peut influencer mon écriture, je ne sentais pas le temps passer.
Quand j'écrivais les versets de l'espoir je les écrivais avec soulagement et apaisement du coeur, quand j'écrivais les versets qui parlent de la crainte, je ressentais un resserrement dans ma poitrine et je ressens la peur et la crainte. J'essayais d'aller vite en les écrivant, tout en respectant la perfection de l'écriture.

Taha Othman le calligraphe du Coran
Taha Othman le calligraphe du Coran
Taha Othman le calligraphe du Coran
Taha Othman le calligraphe du Coran
Taha Othman le calligraphe du Coran
Taha Othman le calligraphe du Coran
Taha Othman le calligraphe du Coran
Taha Othman le calligraphe du Coran
Taha Othman le calligraphe du Coran

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article